Gymnastique acrobatique

La gymnastique acrobatique (ACRO) est officiellement sanctionnée par la FIG depuis 1999.

Elle est pratiquée depuis l’Égypte antique, comme en témoignent des fresques de l’époque. Le mot provient du grec acrobateo, qui signifie s’élever ou progresser. La discipline exige courage et endurance, flexibilité et technique. Les exercices sont réalisés sur fond de musique, en harmonie avec la chorégraphie, les mouvements du corps et la culture musicale du gymnaste.

La gymnastique acrobatique fait appel au contrôle du corps dans différentes positions, tant au sol que dans les airs. C’est pourquoi la discipline fait souvent partie de l’entraînement des pilotes, astronautes et parachutistes. Elle est pratiquée par les hommes et les femmes, en solo, paires mixtes, groupes de femmes (3 gymnastes) ou groupes d’hommes (4 gymnastes). Exécutées sur un praticable de 12 x 12 m, les routines durent 2 min 30 s. Les exercices doivent réunir harmonieusement chorégraphie, éléments acrobatiques collectifs (tenues, lancers, réceptions) et individuels (séries acrobatiques au sol), le tout en parfaite synchronisation.

Quelques termes courants :

  • Exercices statiques : routine dans laquelle les concurrents doivent démontrer force, flexibilité, agilité, tenues statiques, entrées, sorties et motions.
  • Exercices dynamiques : routine dans laquelle les concurrents doivent montrer leur capacité d’initier, d’assister, d’interrompre et d’arrêter le vol.
  • Exercices combinés : routine jumelant les caractéristiques des exercices statiques et dynamiques.
  • Voltigeur : habituellement le plus petit membre du duo ou du groupe, il s’appuie sur son ou ses partenaires ou est le principal membre à être projeté dans les airs dans un exercice dynamique.
  • Porteur : partenaire  qui joue le rôle d’appui et de support.