2013 World Artistic Gymnastics Championships on CBC YoutubeFacebookTwitterContact Us
ACCUEIL À PROPOS ÉVÉNEMENTS NOUVELLES ÉQUIPES NATIONALES PROGRAMMES ET DOCUMENTS GCG EN LIGNE PETITES ANNONCES
Gymnastique pour tous  | Artistique Masculine |  Artistique Féminine  |  Rythmique |  Trampoline  | Acrobatique | Aérobic | Formation des Entraîneurs LIENS | BOUTIQUE
 

Mariah Madigan: «Je ne peux imaginer la vie sans le trampoline»
Posted Wednesday, August 11, 2010

Depuis la première fois qu’elle a bondi sur un trampoline, Mariah Madigan a été accrochée par le sport qui a fait sa place au niveau international depuis qu’il a fait sa première présence aux Jeux olympiques de 2000 à Sydney, en Australie.

Mariah, âgée de 16 ans, ne se rappelle pas beaucoup des Jeux olympiques de Sydney ou d’Athènes, mais il n’y a pas d’erreur sur l’énorme impact des Jeux de Beijing où Karen Cockburn, Rosannagh MacLennan et Jason Burnett, ses mentors au Skyriders Club de Richmond Hill, en Ontario, ont fait leur marque.

«J’étais plus vieille lors des Jeux olympiques de Beijing et je savais ce qui se passait. Les trois sont de mon club et je les voyais tout le temps, donc c’était vraiment super de les voir à la télévision», dit Mariah, qui n’aimerait rien de moins que de suivre leurs traces et de représenter le Canada à de futurs Jeux olympiques.

Mariah franchira un grand pas vers le sommet quand elle visera une médaille aux tout premiers Jeux olympiques de la jeunesse qui auront lieu du 14 au 26 août à Singapour.

Stephan Duchesne, directeur de la haute performance pour le trampoline à Gymnastique Canada, dit que Madigan a été empêchée de participer chez les seniors pour conserver son éligibilité pour les Jeux olympiques de la jeunesse, mais quand les Jeux seront terminés, elle tentera de passer au troisième rang derrière Cockburn et MacLennan dans les classements canadiens.

«Elle est pas mal dans la même ligue que Karen et Rosie, mais elle a encore beaucoup de travail à faire, dit Duchesne. Elle doit travailler sur la puissance et le conditionnement et avec le temps cela viendra.»

Entrevue: Mariah Madigan

Quand as-tu commenc à faire du trampoline?

J’ai commencé quand j’avais neuf ans. J’étais une gymnaste artistique et quelques filles de mon club de gymnastique sont allés au Skyriders simplement pour essayer cela, donc j’ai suivi des cours récréatifs pendant quelques semaines. J’ai vraiment aimé cela donc j’ai décidé d’essayer de faire l’équipe provinciale et j’ai été dans l’équipe pendant un an et ensuite je suis passée dans l’équipe nationale. J’ai été novice pendant un an et ensuite je suis passée en jeunesse et je suis maintenant dans ma sixième année en jeunesse. Après que j’ai commencé le trampoline, j’ai continué à faire aussi de la gymnastique artistique. Je voulais faire du trampoline pour le plaisir et je n’ai quitté la gymnastique artistique qu’il y a quatre ans seulement quand j’avais 12 ans.

As-tu aimé le trampoline dès le début?

Oh oui, j’ai aimé cela dès le début, beaucoup plus que la gymnastique, mais j’ai continué à en faire simplement pour le plaisir, mais après un certain temps, j’étais bien meilleure au trampoline et j’ai simplement dit que je quittais la gymnastique.

Quel a été le plus gros défi auquel tu as fait face jusqu’à maintenant?

Cette année, j’ai vraiment espéré faire de la compétition chez les seniors, mais ensuite j’ai découvert que je ne pouvais pas parce que cela ruinerait mon éligibilité pour les Jeux olympiques de la jeunesse, donc ce fut un peu difficile de l’accepter. J’espère passer chez les seniors dès que les Jeux olympiques de la jeunesse seront terminés.

Comment abordes-tu les Jeux olympiques de la jeunesse?

Je suis vraiment excitée. Je pense exécuter la même routine que j’ai faite aux championnats du monde groupes d’âge l’an dernier dans la qualification pour être prudente parce que j’ai vraiment confiance dans cette routine pour passer en finale. Il y a 12 filles et je crois que huit passeront en finale. Je pense que j’ajouterai un triffus en finale dans ma routine libre s’il est suffisamment bon.

As-tu déjà perdu un mouvement et ensuite avoir de la difficulté à le retrouver?

Oui, souvent. Il y a un mouvement en particulier que j’ai perdu plusieurs fois et ce n’est qu’il y a un an ou deux que j’ai commencé à ne pas en avoir aussi peur. Vous devez simplement vous rappeler «Je sais comment le faire, je l’ai fait des centaines de fois. Je suis simplement idiote. Je dois ne pas y penser et le faire».

Le mouvement avec lequel j’ai de la difficulté par moments s’appelle un Rudy Out – c’est un double saut périlleux avant avec une vrille et demie. La majorité des fois que le problème se produit est quand je prends un répit et c’est habituellement le mouvement avec lequel j’ai le plus de difficulté quand je reviens parce que, pour une raison quelconque, j’ai toujours plus peur de le faire que n’importe quel autre mouvement. Je n’ai eu qu’un accident en l’exécutant et ce fut vraiment épeurant. Je ne sais pas pourquoi je pense que c’est plus épeurant que n’importe quel autre mouvement, mais cela va mieux maintenant.

Quel a été le fait saillant jusqu’à maintenant dans des compétitions internationales?

J’étais vraiment heureuse des derniers championnats du monde groupes d’âge en Russie. Je me suis entraînée plus fort que jamais auparavant pour n’importe quelle autre compétition et quand je suis arrivée là-bas, j’étais vraiment confiante et ce fut simplement fantastique de me qualifier pour la finale et de gagner une médaille. C’était fantastique.

Comment te sentais-tu quand tu as terminé troisième à Élite Canada de cette année quand tu as participé comme jeunesse contre les meilleures seniors?

Ce fut un grand pas pour moi. C’était mon objectif avant la compétition. Il n’y avait qu’une catégorie et cela m’a permis de voir comment je me comparais à tout le monde. Au cours des dernières années, je comparais mes notes à celles des meilleures seniors, mais ce n’est pas comme les affronter.

Que devras-tu faire pour aller aux Jeux olympiques?


Je dois définitivement m’améliorer beaucoup. J’ai besoin de plus de difficultés et d’avoir des routines plus propres et de bondir un peu plus haut.

Comment Karen Cockburn et Rosannagh MacLennan t’aident-elles?

Ils m’encouragent vraiment beaucoup toutes les deux. Quand j’ai de la difficulté, elles m’aident à planifier mes routines et me donnent des conseils sur quelles combinaisons sont bonnes.

Te vois-tu demeurer dans le sport aussi longtemps que Karen?

Oui, bien sûr. J’aime cela. Je ne peux pas imaginer ma vie sans le trampoline pour le moment. Je veux simplement en faire aussi longtemps que je le peux.

Evan Cruz - Ready for next step to international success
Afficher Tuesday, March 25, 2014
Maegan Chant - Viser Rio 2016
Afficher Wednesday, January 22, 2014
Vincent Lavoie: Tumbler Extraordinaire
Afficher Wednesday, December 18, 2013
Entrevue: Tony Smith
Afficher Thursday, September 26, 2013
Scott Morgan: Aiming High
Afficher Tuesday, September 24, 2013
La persévérance est payante pour Annabelle KovacsR32;R32;
Afficher Wednesday, August 28, 2013
Sam Zakutney
Afficher Thursday, July 25, 2013

Afficher Friday, June 28, 2013
.
Afficher Sunday, June 16, 2013

Afficher Monday, May 6, 2013
 
  GCG has partnered with USANA to offer the gymnastics community high-quality nutritionals and in return generate revenues for Gymnastics Canada