Actualités

Regarder sa sœur participer aux Jeux olympiques de Londres a mis Brooklyn Moors sur la route de Tokyo

Quand Brooklyn Moors participera aux Jeux olympiques de Tokyo cet été, elle en sera en fait à sa deuxième présence aux Jeux olympiques. L’athlète originaire de Cambridge en Ontario était dans la foule aux Jeux de Londres 2012 quand sa sœur aînée, Victoria, a aidé le Canada à obtenir le meilleur résultat de son histoire à l'épreuve par équipes, soit la cinquième place. 


Regarder sa sœur participer aux Jeux olympiques de Londres a mis Brooklyn Moors sur la route de Tokyo

« C'est quelque chose que je n'oublierai jamais, déclare Moors, 20 ans, qui s'entraîne au club Dynamo Gymnastics avec l'entraîneur Denis Vachon. J’ai vraiment apprécié le sentiment de faire partie d’un événement comme celui-là, c’est tellement inspirant. Je pense que cela m'a marquée. »

Moors connaissait le chemin parcouru par sa sœur pour devenir une athlète olympique et était consciente de ce qui l'attendait.

« Nous nous entraînions toujours ensemble quand nous étions jeunes, raconte Moors. C'était difficile. Pour moi, il s’agissait plus de la regarder participer au processus, de voir ses expériences avant les Jeux et à quel point c'était incroyable quand elle y est allée. Et même après, l’ampleur de sa réalisation.

« Le simple fait de la regarder a vraiment déclenché une étincelle. »

Inspirée par sa sœur, Moors a participé à trois Championnats du monde et a remporté la médaille d'or dans l’épreuve au sol des Jeux panaméricains de 2019 et aux Championnats panaméricains de 2017, mais elle n'a jamais perdu de vue son objectif olympique.

« J'ai toujours voulu aller aux Jeux olympiques, même depuis que je suis super jeune, dit-elle. Après avoir eu la chance de la voir à l’œuvre, j’étais vraiment décidée. Ce fut un processus difficile, mais cela m'a vraiment encouragée. »

La spécialité de Moors est l'exercice au sol. À ses premiers Championnats du monde en 2017, elle a remporté le Prix Longines de l'élégance et a terminé cinquième des finales devant les partisans canadiens à Montréal.

« Je n'avais pas beaucoup de compétences difficiles quand j'étais jeune, a-t-elle déclaré. « Je devais simplement être vraiment précise et travailler sur mon exécution et ma présentation. J'ai appris à offrir une performance.

Comme un mécanicien travaillant sur une voiture de course, Moors peaufine et ajuste constamment sa routine.

« Avant toute chose, élaborer la routine prend beaucoup de temps, puis nous changeons quelque chose pratiquement tous les jours, indique-t-elle.

Moors avait prévu de fréquenter UCLA l'automne dernier grâce à une bourse de gymnastique qu’elle a décrochée. Quand la pandémie de COVID-19 a frappé et que les Jeux de Tokyo ont été reportés d'un an, Moors a décidé de mettre ses études sur la glace pour se concentrer sur l'entraînement.

La situation a été compliquée davantage par une blessure au dos qui l'a tenue à l'écart pendant huit mois et l'a empêchée de s'entraîner jusqu'en mars.

« Les choses ont basculé, affirme-t-elle. Il s'est passé beaucoup de choses cette année sur les plans personnel et physique. Je n'étais vraiment pas certaine de pouvoir continuer. J'étais à peine autorisée à garder la forme ou à faire quoi que ce soit. »

La blessure au dos a maintenant atteint un point où elle est gérable.

« Je reçois beaucoup de traitements, donc ça va beaucoup mieux », dit-elle.

« Cette année, j'ai grandi en tant que personne, donc ce fut une bonne année pour la croissance. »

Le rêve olympique de Moors deviendra réalité quand elle entamera les qualifications de gymnastique artistique féminine au Centre de gymnastique d’Ariake le 25 juillet. La compétition de gymnastique artistique se déroulera jusqu'au 3 août.

 

LIRE LA BIO DE BROOKLYN AVEC LES RÉSULTATS COMPLETS ICI : http://gymcan.org/fr/disciplines/gym-artistique-feminine/equipes/brooklyn-moors

 

Magasinez!